Le drapeau marocain trône sur l’Everest

Abidjan, dernier obstacle avant une qualification tant espérée

Pour la première fois après les vaines tentatives des éditions 2002, 2006, 2010 et 2014, la sélection marocaine de football tient son destin entre les mains et pourra se contenter d’un match nul pour garantir sa présence lors de la grand-messe du Mondial Russie 2018. Samedi, pour le compte de la sixième et ultime journée des éliminatoires africaines (groupe C) face aux Éléphants ivoiriens, les internationaux marocains devront se transcender pour apporter le bonheur aux millions de Marocains qui seront scotchés devant l’écran.

 
ADVERTISEMENT
 
Après plus d’un an d’efforts consentis par les Lions de l’Atlas et leur staff technique, sans oublier la FRMF qui a déployé les moyens nécessaires, la sélection nationale s’apprête à couronner un long parcours, qui a commencé le 8 octobre 2016, par une qualification qui fait rêver les Marocains depuis l’édition 1998. Pour poinçonner son ticket pour la Coupe du monde-2018 en Russie, l’équipe nationale devra tirer son épingle du jeu lors de son périlleux déplacement à Abidjan, où elle affrontera la Côte d’Ivoire. Une sélection qui a occupé le leadership de la poule C depuis la toute première journée jusqu’au 6 octobre dernier, lorsqu’elle a été accrochée par le Mali à Bamako (0-0).

Un adversaire imposant qui a disputé les trois dernières Coupes du monde (Allemagne 2006, Afrique du Sud 2010 et Brésil 2014), mais qui est loin d’être imprenable, en témoigne le cuisant revers infligé par les Panthères du Gabon, le 5 septembre dernier, aux Éléphants qui jouaient pourtant à domicile (2-1). Tenaces, soudés et déterminés, les hommes d’Hervé Renard n’ont encaissé aucun but tout au long des 5 matchs de la Poule C et iront défendre cette statistique au stade Félix Houphouët-Boigny samedi, face à une équipe qui n’a marqué qu’un seul but à l’occasion de ses deux dernières sorties. «La force de l’équipe marocaine prend ses racines du milieu de terrain», déclarait le coach belge des Ivoiriens, Mark Wilmots, ce qui n’est pas du tout faux. La solidité défensive de la sélection marocaine est due, en grande partie, aux efforts des médians Belhanda, Boussoufa et Karim El Ahmadi, qui s’appliquent largement dans les tâches défensives (à l’image de Belhanda, censé être relayeur, et qui a terminé le match face au Mali en tant que meilleur récupérateur). Ce trio devra encore et plus que jamais faire ses preuves à Abidjan, pour soulager une charnière centrale qui devrait être sous pression.

Des Lions plus assoiffés que jamais face à des Éléphants moins intimidants
La Côte d’Ivoire, en pleine phase de mutation suite au départ à la retraite de plusieurs cadres (Didier Drogba, Kolo et Yaya Touré, Zokora…), sera privée de plusieurs joueurs-clef : le défenseur de Sunderland Lamine Koné et le Niçois Jean Michaël Séri (blessés), en plus du défenseur de Manchester United Éric Bailly suspendu pour cumul de cartons. Trois autres joueurs, à savoir Gervinho, Kodjia et Gnagnon, sont incertains. Hervé Renard et son staff tenteront donc d’exploiter la donne et de cibler les carences de cet effectif nettement moins intimidant que ses aînés. En marge de la première séance d’entrainement effectuée jeudi sur la pelouse du stade «Sol Béni», les joueurs ont unanimement annoncé aux médias présents leur intention de cravacher pour ramener la qualification, à commencer par Karim El Ahmadi pour qui ce match est une ultime occasion. «Je suis déjà âgé de 32 ans et ce match représente pour moi une dernière occasion de jouer un Mondial avec la sélection marocaine. Nous avons préparé cette échéance avec beaucoup de sérieux et tous les joueurs sont prêts à se donner à 200% pour décrocher le ticket pour la Russie», a déclaré le milieu défensif du champion des Pays-Bas, Feyenoord Rotterdam. Même son de cloche chez ses coéquipiers. Malgré la lourde responsabilité qui pèse sur leurs épaules, ces derniers se disent prêts à suer sang et eau pour exaucer le rêve de toute une nation. Cette nation qui n’attend que le coup de sifflet final de l’arbitre Gambien Papa Gassama pour exulter et exorciser les démons des multiples déceptions du passé.

Le président de la FRMF recadre les détracteurs du Maroc

Même Fouzi Lakjaâ, le président de la Fédération Royale marocaine de football, s’est adonné au jeu des déclarations jeudi et n’a pas vraiment fait dans la dentelle, en adressant un message fort aux détracteurs qui accusent les arbitres de partialité en faveur des Lions : «Logiquement, il faudrait accuser les équipes qui ont disputé 3 ou 4 Mondiaux lors des 20 dernières années ou celles qui ont été sacrées en Coupe d’Afrique des Nations. La FIFA applique des critères bien précis pour désigner les arbitres de ce genre de rencontres et le Gambien Papa Gassama et l’un des meilleurs du continent, de l’aveu de tous les observateurs. Je le répète, il faut soupçonner les équipes qui ont gagné, et non le Maroc qui a souffert pendant les dernières années». Le président de la FRMF a ensuite déclaré que le football marocain était sur la bonne voie pour retrouver sa «place naturelle» dans la hiérarchie continentale : «Je crois que la dynamique actuelle que connaît le football marocain devrait repositionner le Maroc en tant que l’une des meilleures nations du continent. Par le passé, on n’a malheureusement pas exploité la bonne trajectoire des années 1990 et nous avons eu un passage à vide, mais nous déployons tous nos effort actuellement pour faire du Maroc un acteur majeur.»

Harit : «C’est un match très difficile, mais nous avons les joueurs qu’il faut»

Le tout nouvel atout offensif du Maroc et jeune joueur du Shalke 04, Amine Harit, s’est dit enthousiaste de prendre part à cette aventure, assurant que l’ensemble du groupe est déterminé et confiant à quelques heures du match crucial. Le milieu offensif a salué le travail effectué par Renard pour galvaniser l’équipe : «L’expérience du technicien français Herve Renard jouera un rôle très important ce samedi. Nous avons vu comment le peuple marocain a fêté le sacre du Wydad et la belle ambiance qui a régné. Nous espérons aussi pouvoir donner de la joie à nos compatriotes qui attendent cette qualification depuis longtemps. Le match sera très difficile à aborder, mais nous avons des joueurs de qualité expérimentés qui auront leur mot à dire.»

«Le problème des tickets est résolu et relève désormais du passé», selon Fouzi Lakjaâ

Les supporters marocains qui font le départ du Maroc ainsi que leurs compatriotes établis en terre ivoirienne auront, tous, leurs tickets d’entrée au stade pour suivre le match, selon une déclaration du président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ. «La FRMF a entrepris une série de contacts avec la Fédération ivoirienne de football (FIF) pour prévoir suffisamment de billets à l’ensemble des Marocains qui seront à Abidjan, que ce soit les 3.500 supporters qui viendront du Maroc à bord des avions RAM, leurs compatriotes établis en Côte d’Ivoire ou encore ceux qui débarqueront de l’Europe ou des pays africains voisins», a déclaré M. Lekjaâ à la presse, en marge de la première séance d’entrainement des Lions de l’Atlas, jeudi en début de soirée au stade «Sol béni» à Abidjan, en exprimant ses «remerciements» à la FIF pour sa collaboration avec la partie marocaine. «Quand les relations politiques sont exemplaires, la coopération en matière de sport ne peut qu’en être une déclinaison naturelle», s’est-il réjoui.

Le Matin

Le Navigateur

La nouvelle version du journal du net du navigateur, nous espérons que cette nouvelle version plus ouverte sur le Maroc et le monde sera vous captivez, avec la diversité des articles. L’équipe fondatrice de 5 membres est conforté par l’Union international de la presse Marocaine.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE